It’s been a long day at the office for Ian LeFeuvre. Deadline demands. Computer problems. Clients. But now he’s arrived home and his 22-month-old son, Evan, is at the door to greet him, welcoming Daddy as if he were a modern-day Fred Flintstone returning home from a day’s work at the quarry. Soon they’re off to the park for a little stroll before supper.

Not very rock ‘n’ roll.

But that’s okay with LeFeuvre, because he’s done the rock ‘n’ roll thing. Been there, done that, got the tour shirt. Best known on the Canadian music scene for his acclaimed power-pop band Starling, which the guitarist and singer started in 1997 in Ottawa, LeFeuvre’s done his time on the road, soaked up the spotlight onstage and toiled away in recording studios. These are different days.

Being a recording artist and performer can be a tough row to hoe at the best of times. With today’s plummeting record sales, tight radio playlists, and jam-packed internet bandwidth, making a go of it can sometimes seem as futile as planting seed in stone. Musicians who don’t throw in the towel to look for a “real” job have to try to dig up other revenue streams that suit their talents.

For LeFeuvre, who had always kept his fingers in several different pies – scoring short films, producing other artists, co-writing – the answer came when he landed a gig writing music for TV ads, television series, radio programs, and films. Now his working day is spent in a studio at a Toronto media production company, a quick jaunt from his downtown home.

“You just start thinking in terms of, ‘How am I gonna make a long-term go of applying the skills I have?’ It just seemed like a logical thing to have as part of the equation,” he says.

You’ve likely heard his voice and ultra-catchy songs in any number of TV commercials, including ads for Ritz Crackers (“Make Believe”), Toyota, Hyundai, Bud Light, Microsoft, Telus, Bell and others. If you have little ones running around your home, it’s quite possible you’ve heard the music he co-writes for the Teletoon series Johnny Test (with fellow SOCAN member Chris Tait), which also airs on the Cartoon Network in the United States as well as in various European countries.

Though his work day in the commercial music quarry is fast-paced and sometimes stressful, for the most part LeFeuvre finds it a joy to trot off to work with a lunch pail full of tasty melodies, meaty choruses and a variety pack of musical flavours. It allows him to keep his musical chops sharp and hone his songwriting and producing skills.

“I really love having to put on different hats in terms of styles,” he says. “For the series that I score, Johnny Test, I get to do all kinds of stuff. You’re literally all over the map. I really like that. It’s pretty fast-moving, but if you can keep up with it, it’s pretty fun.”

Toronto-based artist Kurt Swinghammer has also found a way to score some stability though his musical talents. Having played for years in the city’s clubs and done session work as a guitarist, other music opportunities started presenting themselves when he was asked to work on the music for a film. Swinghammer’s scoring and theme composing credits are now numerous and varied, including movies such as The Falls and Ginger Snaps II: Unleashed, documentaries like Acquainted with the Night and Waterlife, and TV series like Paradise Lost and Marketplace.

“I’ve always been interested in the craft of writing songs,” he says. “With film work, so much of it is about craftsmanship and solving problems; you’re basically a servant to the director and your role is to create something that’s often invisible or transparent, which is kind of the opposite of the singer-songwriter tradition. But there’s that element of solving the problem, which has always drawn me to creating art.”

In between working on scores, session work, and other projects, Swinghammer – like the other SOCAN members in this story  – tries to find time for making his own music (“My motto is, if the phone don’t ring, I do my own thing”), but scoring is his bread and butter.

“I feel pretty fortunate that I get to do something that I love to do and I find it completely rewarding and challenging work,” he says. “If I didn’t have that, and if I didn’t have my SOCAN royalties, I probably wouldn’t be able to afford to just play music. It’s been the solution to figuring out how to make a mortgage and stuff.”

For others, the road to a fruitful career has meant giving up the road and the performing life, and doing the write thing.

Though he started out penning songs for bands he was in, acclaimed songwriter Gordie Sampson eventually decided to devote more of his energies to writing songs for other people to record. Since then, he’s written tunes for some of the biggest names in country music in the U.S.A., including Carrie Underwood, Faith Hill, LeAnn Rimes, Martina McBride and George Canyon, as well as leading Canadian artists such as Great Big Sea, Ashley MacIsaac and Carolyn Dawn Johnson.

“Somewhere in my mid-to-late 20s when I started to see [songwriting royalty] cheques coming in, that light bulb went off,” he says from his home in Nashville, “and I realized that this is why I’m here; that co-writing for other projects is the thing that feels the most comfortable to me.”

He’s written and released his own music on three solo albums (a fourth is on deck for June), but these days he dedicates the bulk of his energies to writing and recording demos. He spends nine months of the year in Nashville and the remainder of his time at home in Cape Breton, where his trophy shelf bends under the weight of a dozen East Coast Music Awards (including several SOCAN Songwriter of the Year honours); a 2002 SOCAN Country Music Award; two Juno Awards; a Grammy (for co-writing the 2007 Country Song of the Year “Jesus Take The Wheel,” sung by Underwood); and dozens of other prizes from various musical associations.

In a similar way, Simon Wilcox started out as a singer-songwriter before hanging out her shingle as a tunesmith for hire. Signed to EMI Music Publishing Canada from 2004 to 2010, she’s collaborated with, or written songs for, artists such as Jully Black, Jorane, Matt Dusk, Three Days Grace and The Trews. Her songs have appeared in many TV series and films, including a composition, “Empty Sky,” commissioned for the 2009 film Brothers.

“It was like I had found my calling, in a way,” she says from her current home in Santa Monica, California. “I love working with people to realize their vision. It feels like a beautiful kind of service.”

While it was once considered anathema for “serious” artists and songwriters to write for commercial outlets, the times they are a-changin’. “It really depends on whether you want to hear your song in a television show or a movie,” says Wilcox, “or if you’re comfortable with your songs being used in commercials.”

Increasingly for songwriters and composers – whether it’s film and television work, ads or even video games – these outlets represent viable, even desirable, career options.

For Ian LeFeuvre, although he receives some revenue from songs he’s co-written over the years (including a few on the latest Barenaked Ladies album, All in Good Time), and songs of his own that have been used in films, it’s the television work that’s been a real eye-opener.

“It starts to add up,” he says. “Johnny Test has been undoubtedly the biggest plus for me. If you can find a show that’s got some legs, and it’s something you enjoy doing, it’s great.”


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Translations prior to Fall 2013 are currently unavailable. 

Beaucoup d’efforts, un peu de chance et un profond désir de faire à sa tête. Voilà la recette du succès d’Hollerado, projet né d’une amitié de jeunesse entre musiciens ayant grandi dans la petite municipalité de Manotick en Ontario. « On a beaucoup travaillé. Lorsque nous sommes déménagés à Montréal, nous avons décidé de ne donner aucun spectacle pendant un an. Lorsqu’on ne travaillait pas à nos emplois respectifs, on pratiquait. On finissait par jouer toutes les nuits jusqu’à quatre heures du matin. Quand le temps du premier spectacle est arrivé, sans dire qu’on étaient très bons, on savait ce que faisait, » relate le chanteur et guitariste Menno Versteeg.

C’est ainsi que la formation rock s’est mise à enchaîner les représentations, faisant rapidement sa marque sur la florissante scène montréalaise. Puis en 2009 est survenu un événement très marquant : Hollerado touchait un magot de 250 000$ en remportant un concours organisé par la station de radio Live 88,5 à Ottawa. Cette victoire lui a donné les ressources nécessaires pour produire lui-même son premier album, Record In a Bag. « Beaucoup de maisons de disques voulaient sortir notre album. Nous étions proche de signer un contrat avant le concours. Mais la seule chose qu’une étiquette fait, c’est de donner de l’argent pour produire l’album, et en retour elle demande un grande part des ventes. Donc quand on a entendu parler du concours, on voulait gagner. Avec cet argent, on a pu sortir l’album par nos propres moyens, selon nos termes, puis on a eu une entente de distribution avec Arts & Crafts, » relate Versteeg.

Parmi les termes auxquels le groupe tenait, on retrouvait le concept même de la pochette. Son idée de Record In A Bag était bien arrêtée. Le disque devait se présenter dans un sac de type ziploc, avec à l’intérieur de sympathiques petits extras. « Quand on parlait avec les autres maisons de disques, elles n’aimaient pas l’idée du sac. Elles pensaient peut-être juste l’offrir dans les magasins indépendants, mais pas dans les grandes chaînes. Avec notre propre étiquette et Arts & Crafts, ce fut possible. Nous avons d’ailleurs nous-mêmes assemblé les pochettes de la première série d’albums. Mais à un moment, on a réalisé qu’on ne pouvait pas continuer à faire ça, » raconte-t-il.

Esprit de partage
Aujourd’hui, ce sont tous les membres du quatuor, Versteeg, les frères Jake (batteur) et Nixon Boyd (guitariste) ainsi que Dean Baxter (bassiste), qui récoltent les dividendes de cet effort collectif. Parce que Record In A Bag est réellement issu d’une implication créatrice commune. « Tout le monde dans le groupe reçoit toujours un crédit pour l’écriture et la composition. Notre façon de procéder est différente d’une chanson à l’autre. Même si l’inspiration vient parfois rapidement, écrire une chanson peut représenter beaucoup de travail. Parfois, cela prend trois mois. On se doit de récompenser les personnes qui y ont contribué. Donc pour chaque composition, chacun reçoit un pourcentage de base et le reste est divisé de façon différente selon la chanson.

« Parfois, ça peut même être quelqu’un qui n’est pas membre du groupe qui reçoit une part. Par exemple, mon père a vu les paroles d’une chanson de Record In A Bag et a fait un commentaire sur une ligne. Nous avons apporté la modification et il a eu 2% des parts. Il est maintenant membre de la SOCAN et en un an, il a reçu 14 cents, je pense! » plaisante Versteeg.

Trouver l’inspiration
Hollerado a bien l’intention de garder le cap pour son prochain enregistrement. D’ailleurs, le processus d’enregistrement est bien enclenché. « C’est notre priorité pour l’été. J’ai lancé mon iPhone à la poubelle et mon ordinateur sert uniquement à regarder des groupes inspirants sur YouTube! Je me cherche aussi un job présentement. Ça fait deux ans que je n’ai pas eu de travail et que je n’ai pas pu me fâcher contre un patron. Je veux donc faire un travail que je n’aime pas pour écrire de meilleurs textes. Je pense travailler dans un bar ou donner des leçons de guitare, », affirme le meneur du quatuor récemment nommé aux Junos dans la catégorie Meilleur nouveau groupe.

Et question de se consacrer totalement à la composition, le Hollerado a décidé de mettre un frein à sa tournée. Étonnant pour des musiciens réputés pour enfiler les représentations à un rythme effréné. « Nous avons dit à notre booker de ne plus nous donner de spectacles. Et quand on disait plus de spectacles, cela signifiait rien, rien, rien. Finalement, nous avons cinq ou six shows de bookés! » lance Versteeg. Comme quoi il est difficile de résister à l’appel de la scène.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Translations prior to Fall 2013 are currently unavailable. 

Il y a tout juste un an, un certain Philémon faisait irruption dans le paysage de la chanson d’ici. Sa participation à Vue sur la relève et aux Francouvertes, une expérience glanée au fil des ans, doublés d’un talent fou et d’un tour de chant intense, sensible et émouvant ont allumé une rumeur qui a propulsé le jeune auteur-compositeur-interprète jusque dans les palmarès de fin d’année. Quelques journalistes se sont entiché de sa mélancolie enjolivée d’arrangements cubains, de ses textes à fleur de peau et – osons l’écrire – de cette grâce, de cette pureté rarissimes et qui font sa fibre.

Fin mai 2010, Philémon Chante lance Les sessions cubaines en indépendant, allant jusqu’à en assurer lui-même la distribution dans les magasins… et ce jusque chez les journalistes, au volant d’une voiture de Communauto, ne se doutant aucunement qu’un an plus tard, le même album serait lancé par la plus grosse étiquette de disques québécoise, Audiogram. « J’ai été chanceux car le fait d’avoir lancé l’album en indépendant m’a donné une certaine crédibilité. C’est du travail et beaucoup de stress, pas mal de gambling aussi. T’as zéro dollar pour la promo, tu assumes tous les rôles et chaque fois que tu dis non, faut que tu l’assumes. Je me rends compte que depuis que j’ai signé avec Audiogram, c’est pas nécessairement plus facile, en fait c’est autant de travail, plus même, car les occasions se multiplient, mais je travaille plus large et j’ai l’impression d’avoir les bras plus longs. Ce que je fais a plus d’impact. Ce que j’aime avec cette équipe-là, c’est que même si on ne s’entend pas nécessairement sur tout, il y a toujours place à la discussion et en bout de ligne, c’est moi qui ai le dernier mot. »

On connaît la petite histoire derrière l’album : le cœur en miettes, Philémon Bergeron-Langlois part en voyage à Cuba. Il y retrouve le pianiste Papacho, un cousin qu’il avait perdu de vue depuis des lunes, et se lie avec quelques musiciens locaux, se retrouve par un alignement d’astres exceptionnel au mythique studio Egrem (Buena Vista Social Club) et enregistre en quelques jours son magnifique premier album. « Des moments comme ça, aussi parfaits, ça m’est arrivé quatre ou cinq fois dans ma vie. Tu sais, quand même les imperfections contribuent à ce que ça fonctionne? Tu te retrouves dans un état où t’es tellement bien que tu te mets à croire à tout. Le bon Dieu a la main sur ton épaule. Je n’aime pas les situations contrôlées. Quand tout est prévu à l’avance, je m’emmerde. Cette vie en éprouvette qu’on essaie parfois de recréer en Amérique du Nord me dégoûte; on passe à côté de quelque chose. »

La mélancolie de Philémon enveloppée d’arrangements cubains, toutes ces couleurs cuivrées ajoutées aux tonalités crépusculaires de sa musique : il y a là un ingénieux mariage des sensibilités, une union naturelle et convaincante. Une question s’est posée une fois Philémon rentré à Montréal : comment s’approcher d’un tel résultat sur scène? Une suite d’essais et erreurs, de rencontres et d’ajustements l’ont mené au groupe de musiciens actuel. Son cousin Papacho avait même fait le voyage depuis le Mexique jusqu’à Montréal pour le deuxième lancement sous l’égide d’Audiogram en avril dernier. Quant aux autres musiciens ayant contribué à l’album, « certains savent qu’il a été lancé, mais garder contact avec eux est difficile, car plusieurs n’ont ni Internet ni téléphone. En plus à Cuba, ils ont juste accès à un Intranet, ils n’ont même pas le droit d’aller sur Google! J’ai envoyé quelques courriels via Facebook à la fille qu’on entend chanter et à ma prof de danse, mais j’essaie de me planifier un petit voyage à Cuba pour leur remettre l’album en mains propres… » La boucle de cette fabuleuse épopée serait alors bouclée.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *